pep.zone
Welcome, guest. You are not logged in.
Log in or join for free!
 
Stay logged in
Forgot login details?

Login
Stay logged in

For free!
Get started!

Mobile Blog


guirao.pep.zone

TEMOIGNAGE DUN SATANISME

22.03.2016 12:48 EDT
Je m'appelle Patrick, j'ai 24 ans et j'habite en Suisse dans la banlieue lausannoise.
Qui j'ai été pendant 24 ans !

Pour résumer ma vie en quelques lignes... j'étais un enfant sage jusqu'à l'âge de 14 ans. A l'école je faisais partie des derniers, et j'étais avec le groupe des refoulés. Ma timidité m'empêchait même de lever la main pour m'absenter aux wc, de peur que tous les regards se jettent sur moi et que l'on me juge. A partir de 14 ans, un fusible a lâché dans ma tête, et j'ai complètement viré de la timidité au premier comique de la classe qui s'est retrouvé quelquefois chez le directeur. J'étais même entré dans un concours d'heures de retenue, "ma fierté du moment ". J'ai commencé à fumer la cigarette et, vu mes bonnes fréquentations à ce même âge, j'ai pris ma première cuite à l'alcool fort, et fumé mon premier joint.

Malgré toutes ces péripéties, j'ai terminé l'école obligatoire sur les chapeaux de roues, et j'ai eu la chance de pouvoir directement poursuivre avec un apprentissage de vendeur en radio TV dans une grande surface. A 17 ans, j'ai obtenu mon CFC avec une note limite (il ne fallait surtout pas plus bas). J'ai travaillé encore 3 ans dans la même société, en me spécialisant dans différents domaines de l'électronique de divertissement, la photo, la téléphonie, l'informatique. Pendant toute cette période, je fumais régulièrement du cannabis (ce qui explique les notes et le manque de concentration).

Dans cette même société, j'ai rencontré mon premier grand amour (deux ans et demi de relation) avec qui j'ai vite, trop vite, emménagé. Elle est aussi très vite tombée enceinte, et le résultat en a été catastrophique, notre bébé est mort-né. L'histoire de ma vie durant cette période est plutôt compliquée, et je n'ai pas encore les mots pour vous la raconter. Donc... j'en reste là!

Pendant ce temps, professionnellement j'ai travaillé dans le domaine de la sécurité, j'ai commencé en bas de l'échelle, à faire des rondes de contrôles dans les entreprises, villas, manifestations, puis ensuite sur le terrain plus mouvementé qu'est l'intervention sur alarme. Car la loi Suisse prévoit d'abord d'envoyer un agent de sécurité sur un éventuel cambriolage, et en cas de réelle effraction, c'est à ce dernier de faire le nécessaire pour aviser la Police ou se sortir de situations certaines fois périlleuses, et tout cela le plus souvent seul. L'adrénaline que ce job me donnait me plaisait bien, et j'ai donc travaillé seulement de nuit pendant un peu plus d'une année. Ensuite, on m'a proposé un job à la centrale de sécurité où je me suis bien adapté. Ainsi, j'ai pu recommencer à travailler de temps à autre de jour, et mes compétences en informatique ont été révélées à cet endroit. J'ai eu l'occasion de monter en grade, et de mettre en place un nouveau système de gestion informatique.

J'avais même le titre de "Maître de l'informatique". Au top la réputation! Je m'étais donné à fond. Je ne refusais rien à personne, je disais toujours oui à tout pour ne pas froisser ceux qui m'entouraient, et cela même dans ma vie privée. (A cause de cette façon d'être, j'étais souvent fâché contre moi intérieurement, mais ça je ne le disais pas, bien sûr.) Tout le monde avait vraiment une haute estime de moi, j'avais même l'impression d'être irremplaçable. Plus le temps passait, plus j'étouffais dans cette centrale sans fenêtre à recevoir la pression d'une direction inhumaine, sans pause, les journées duraient entre 09h et 15h de travail. Et plus le temps passait, plus je pétais un plomb (comme on dit), mais avec mon regard d'aujourd'hui je dirais que j'étais plutôt possédé. A force de travail, jour, nuit, jour, nuit... etc... j'étais devenu violent, tant pendant le travail que pendant le peu de congé. J'ai saccagé la centrale à plusieurs reprises lorsque j'avais des crises de colère. Enfin, bref, je ne suis pas le seul à m'être mis dans un tel état, et les démissions faisaient ressentir le malaise présent. Cette histoire m'a conduit à 1 année d'arrêt maladie pour dépression, et une visite tous les 15 jours chez un psy. L'histoire s'est terminée au prud'homme où j'ai eu gain de cause, et mon employeur a même reconnu ses erreurs.

Il y a encore peu de temps, j'avais l'impression d'avoir passé 30 ans et de n'avoir plus rien à apprendre de la vie. J'étais blasé et plus rien n'était « surprise », j'avais acquis l'expérience, la sagesse, la gentillesse envers mon prochain, je pouvais différencier le bien du mal et choisir ma propre direction. J'étais contre toute forme d'autorité « Police, services de l'état, etc... », je ne devais rien à personne, et personne n'avait d'ordre à me donner. J'étais « quelqu'un », ou plutôt, je me suis construit un quelqu'un que je n'étais pas.

Plutôt que de sortir voir des amis, je préférais regarder un bon film d'horreur, genre "non pas des morts vivants qui sortent de leurs tombes, mais des films d'horreur tels que l'exorciste, effrayant et plein de satanisme". Je voulais comprendre ce qu'était le surnaturel et comment cela fonctionnait. J'étais aimanté par ces films, et j'avais envie de savoir si ça existait vraiment. Je cherchais évidemment une preuve visuelle... en vain... heureusement, mais le pas était quand même franchi, et Satan dominait ma vie. Jamais je n'ai eu envie de tirer les cartes ou d'appeler des esprits, mais je cherchais des informations sur la méditation, pour sortir son esprit de son corps par exemple (On me l'avait d'ailleurs déconseillé en me disant que si j'y arrivais, un esprit de passage pourrait prendre mon corps et ce serait moi qui deviendrais l'esprit ambulant. Là j'ai flippé, et je n'ai plus tenté l'expérience). Seul dans mon coin, je me demandais toujours ce qu'il me restait à faire sur cette terre. En plus, célibataire, constamment à la recherche d'une compagne qui comblerait ma solitude. Mais aucune relation amoureuse ne s'est bien passée. Alors, j'ai pris mon mal en patience, et j'ai attendu... attendu... Je dormais à longueur de journée, en essayant de lancer une entreprise informatique, qui a bien démarré, mais rien comparé à la pêche que j'aurais pu réellement y consacrer.

Puis les jours passaient.... Tellement vite que 1 jour devenait une semaine, je n'avais envie de voir personne et de n'entendre personne. J'avais bien assez de soucis sans vouloir écouter ceux des autres. J'ai pourtant toujours été une personne à l'écoute et, paraît-il, de bon conseil. Malgré tout, plus le temps passait, et plus les relations personnelles se dégradaient. Afin de me divertir et de prendre le large spirituellement, je fumais du cannabis, substance que j'ai recommencé à prendre lorsque ça allait mal dans mon travail.... Cette drogue ne me convenait pas, j'avais mal à la poitrine et au niveau psychologique, je n'osais plus sortir de chez moi par peur de croiser le regard d'un passant.

Je gérais tout depuis Internet, courses, paiements, diverses commandes, plus besoin de sortir. Satan avait frappé à ma porte, et moi je l'avais accueilli en lui offrant encore un café. J'avais l'impression que mon esprit était ouvert grâce à cette drogue, alors qu'en réalité, mon esprit se détériorait petit à petit. Bien sûr, j'avais appris à cacher cela au mieux, et à ma connaissance, le monde qui m'entourait n'y a vu que du feu. Mais au fond de moi, j'étais vraiment mal, et surtout trop fier pour céder devant les autres. Je paraissais fort, et je voulais paraître fort, mais sans le Seigneur, je ne me rendais pas compte que je faisais partie des plus faibles. Beaucoup de mon temps a été gâché à ne rien faire, ou à faire des choses pour autrui alors que mon coeur ne le voulait pas. J'en étais au stade de prendre des anti-dépresseurs le matin (dont la dose avait même été doublée par mon médecin), et en plus de cela je prenais encore un anti-dépresseur le soir additionné à des somnifères, des médicaments anti-allergiques, des sprays contre l'asthme "rhume des foins et autre". Il m'arrivait aussi, par périodes, de ne rien manger pendant trois à cinq jours, puisque pour moi une semaine était 1 jour. Un cercle vicieux dur à assumer et à cacher au fil du temps.

Le meilleur, c'est lorsque l'on me demandait: "Tu es chrétien ?" Je répondais "Heu... mmmouai, oui" comme par obligation, parce que des membres de ma famille sont chrétiens. Mais j'avais quand même un peu peur de la réaction en face. Et il ne fallait surtout pas dire "Dieu" ou "Jésus" à haute voix dans la rue... choqued...
C'est le feu éternel qui m'attendait, mais un jour, la Lumière fut...

____________________________
Alors, entre nous, tu t'es peut-être reconnu(e) dans une partie ou dans toute cette description! Je ne te dis pas d'aller faire un lavage de cerveau, et de fréquenter sans tarder la première église devant laquelle tu passes. Mais ouvre les yeux! C'est complètement débile cette vie. Il n'y a pas de but et que du malheur, enfin, plutôt du faux bonheur. Entre les sentiments de peur, de haine, de colère, de tristesse, de stress, tu as de quoi creuser ta tombe avant l'heure. Il est encore temps de changer tout ça pour être sauvé du feu éternel.
Ma conversion !

Ma maman, qui est chrétienne depuis que je suis tout petit, m'a invité à un camp d'entraînement militaire de l'armée du Seigneur des derniers temps, il revient bientôt (es-tu prêt ?) où des enseignements sur la parole de Dieu sont ...


This page:




Help/FAQ | Terms | Imprint
Home People Pictures Videos Sites Blogs Chat
Top
.