pep.zone
Welcome, guest. You are not logged in.
Log in or join for free!
 
Stay logged in
Forgot login details?

Login
Stay logged in

For free!
Get started!

Text page


vyo vpn
mythes-vampires.pep.zone

Comment tuer un mort-vivant? (Partie 7)

Les remèdes anti-vampires de grand-mère


Si les remèdes ci-dessus peuvent parfois nous sembler peu expéditifs pour éradiquer le pouvoir des vampires, nous pensons que les suivants, que nous pourrions qualifier d’ »éternels », sont pour le moins curieux. Je les énumères ici non dans le but de vous voir les mettre en pratique – encore que chacun est libre d’agir à sa guise -, mais plutôt pour montrer le grand nombre de « recettes » que les croyances sur les morts-vivants ont pu engendrer.

- A la manière celte : les druides ne croyaient pas aux vampires en tant que tels, mais plus en la possibilité qu’une personne morte puisse être possédée de nouveau par son esprit ; dans ce cas, la seule façon pour elle de rester en vie était de boire le sang des vivants. Pour éviter cette épineuse éventualité, ils enterraient leurs morts la tête en bas, et près de l’endroit ils plaçaient des faux ou des serpes (qui n’étaient pas en or comme celles des druides mais d’un métal plus vulgaire) pour que les démons, les esprits néfastes et même l’esprit du défunt sachent que le corps qui leur avait appartenu perdrait la tête, qui serait coupée, s’ils s’avisaient de revenir.

- A la manière grecque : cette méthode est encore pratiquée dans les zones rurales de Grèce. Rappelons que, là-bas, les vrykolakas sont redoutés. Pour éviter qu’un défunt ne se transforme en vampire, on fabriquait une croix en cire au centre de laquelle on incrustait une pièce en céramique sur laquelle était écrit « Jésus-Christ est puissant ». La croix était ensuite posée sur la poitrine du défunt pour que personne ne s’empare de son corps ni ne le transforme en vampire.

- A la manière slave : on utilisait souvent des gousses d’ail. On en plaçait une dans chaque orifice, une autre sous la langue et deux autres sur les paupières. On scellait ainsi symboliquement le corps et on évitait que rien d’étrange n’entre en lui pour le posséder. On en mettait quelques-unes encore dans les proches des vêtements du mort et dans le cercueil.

- A la manière teutonne : les Teutons, qui avaient des origines celtes et vivaient au Moyen Âge sur les rives de l’Elbe, dans l’Allemagne actuelle, considéraient qu’aucune précaution n’était superflue contre les vampires. C’est sans doute la raison pour laquelle avant d’enterrer leurs morts ils leur transperçaient le cœur avec un poinçon, même si celui-ci n’était pas en bois. Mais, au lieu de gousses d’ail, ils mettaient un citron dans leur bouche car ils pensaient que ce fruit était le remède par excellence contre les vampires.


This page:




Help/FAQ | Terms | Imprint
Home People Pictures Videos Sites Blogs Chat
Top
.